• Le pays riomois : une pièce importante
    du "puzzle" Natura 2000 

    Extrait de "Natura 2000... Pour le site Zones humides de la région de Riom-ès-Montagnes"
    (textes : Luc Belenguier - photos : galerie personnelle)

    Roussillou - Riom-ès-Mgnes (6)
    Les tourbières du lac de Roussillou (Riom-ès-Montagnes)
     
    Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européen terrestres et marins, identifiés pour la qualité, la rareté ou la fragilité des espèces sauvages animales ou végétales et de leurs habitats. L'objectif pour chaque site est de préserver le patrimoine naturel et la biodiversité par des mesures de gestion et des actions, négociées et tenant compte des activités socio-économiques locales. 

    En France, le réseau Natura 2000 comprend 1 753 sites s'étendant sur 12,5 % du territoire. Plus de 8 000 communes ont au moins 5 % de leur territoire dans un site Natura 2000 : en pays riomois, c'est le cas de Riom-ès-Montagnes, Collandres, Apchon, Saint-Etienne-de-Chomeil, Saint-Amandin et Marchastel. 

    Natura 2000 "Zones humides de la région de Riom-ès-Montagnes :
    un site exceptionnel

    Le site Zones humides de la région de Riom-ès-Montagnes englobe quelques tourbières et zones humides ainsi que leur bassin versant, localisées aux confins du plateau granitique de l'Artense et de la Planèze basaltique de Trizac, dans les environs de Riom-ès-Montagnes. Les températures fraîches liées à l'altitude et l'abondance de précipitations sur ce secteur ont contribué à la formation de tourbières dans les dépression topographiques laissées par les glaciers.

    Le site Natura 2000 couvre 769 ha, à une altitude comprise entre 800 m et plus de 1 000 m. Il est constitué de 9 entitées. Du nord au sud : la tourbière de la Bouboulie (Antignac), le lac de Mont-de-Bélier (Saint-Etienne-de-Chomeil), la tourbière de Laquairie (Saint-Amandin), le secteur des Manicaudies (Saint-Amandin – Marchastel – Lugarde), le lac de Majonenc, le lac de Roussillou et la tourbière des Bondes – La Taphanel (Riom-ès-Montagnes), le secteur des Sagnes de Grand-Combe (Apchon) et celui des Jaleines (Collandres).

    La désignation du site vise prioritairement les tourbières et milieux humides localisés, mais aussi des prairies, des pelouses et des landes ainsi que 3 espèces d'intérêt communautaire liées aux zones humides.

    Le Parc naturel régional des volcans d'Auvergne, animateur du site, s'est vu confié la charge de mener à bien des actions permettant de préserver les richesses écologiques du site en les conciliant avec les activités économiques.

    Apchon
    Les sagnes de Grand-Combe (Apchon), après un épisode neigeux

    Les enjeux du site

    15 milieux naturels rares et menacés à l'échelle européenne (qu'on appelle « habitats d'intérêt communautaire » sur 46 habitats naturels inventoriés) sont présents sur les 769 ha du site couvrant près de la moitié de sa surface. Le Ddmier de la succise, la loutre d'Europe et le fluteau nageant sont les trois espèces rares et menacées à l'échelle européenne, dites d'intérêt communautaire, inventoriées sur le site. Elles sont liées aux zones humides. Les enjeux de préservation sont indissociables des activités économiques que l'on retrouve sur les bassins versants des tourbières et zones humides. L'agriculture, la sylviculture et les activités de pêche par exemple, qui jouent un rôle multifonctionnel (économique, social, touristique, écologique, paysager...) sont donc à intégrer dans la démarche de préservation. 


    votre commentaire
  • Notre-Dame de la Font Sainte
    de retour aux estives
     
    Sentier d'interprétation de la Font Sainte (17)
     
    La traditionnelle transhumance de Notre-Dame de la Font Sainte, Vierge des bergers, est fixée cette année au dimanche 22 juin. Tous les ans au début de l'été, elle quitte l'église de Saint-Hippolyte pour rejoindre la Font Sainte, son sanctuaire situé à 1 230 m d'altitude. En occitan, on appelle cette procession la "montade", en opposition à la "dévalade" qui, en septembre, voit la Vierge redescendre dans la vallée. 
     
    La procession de la montade débutera à 9 h 30 (église de Saint-Hippolyte), la messe à la chapelle de la Font Sainte étant prévue à 11 h. 
     
    La Font Sainte, haut lieu de pélerinage cantalien
     
    Dans le Cantal et même au-delà, on ne présente plus la Font Sainte. Haut lieu de pèlerinage, le sanctuaire est surtout fréquenté de la mi-juin à la fin du mois d’août, avec la Fête des bergers en point d'orgue.
     
    Le site tient son nom d'une source d'eau naturelle qui, comme en témoigne la présence d'une très ancienne croix en pierre, est probablement un ancien lieu de culte druidique. D'après les écrits, une vierge rapportée d'Orient au XIIe siècle par les seigneurs d'Apchon partis en croisade y a été placée. En 1743, suite à l'apparition de la Vierge à Marie Galvain trois ans plus tôt, une niche et un oratoire sont rebâtis. La chapelle actuelle est construite au XIXe siècle.
     
    Les grandes dates de l'été à la Font Sainte
     
    • Dimanche 22 juin : Montée de la Vierge à la Font Sainte (9 h 30, messe à Saint-Hippolyte à 11 h)
       
    • Dimanche 6 juillet : messe des malades
       
    • Dimanche 20 juillet : messe en occitan
       
    • Jeudi 14 aout : confession à la chapelle
       
    • Vendredi 15 aout : Assomption de Notre Dame (messe en plein air, 11 h et Chapelet, 15 h)
       
    • Jeudi 28 août : Fête des Bergers (messe en plein air, 11 h et Chapelet, 15 h),
       
    • Dimanche 7 septembre : Descente de la Vierge à Saint-Hippolyte (9 h 45, messe à Saint Hippolyte à 11 h)
     
    Pour en savoir plus, contactez L'Abri du Pèlerin au 04 71 78 93 62

    votre commentaire