• A la découverte des patrimoines cachés (2/5)

    Art roman en Pays Gentiane

    Attendez avant d'entrer !

     

     

     

    Au XIIe siècle, il existe dans la région de Mauriac une véritable industrie de l’église romane, destinée à remplacer des édifices très fragiles, sans doute construits en pierre et en bois. Les églises en Pays Gentiane ont souvent été façonnées par les mêmes mains, d’où parfois d’étranges similitudes d’un lieu de culte à un autre. Imaginons un nombre incroyable d’artisans, de tailleurs, de sculpteurs, ouvriers de carrières, ou encore charpentiers travaillant à ces chantiers.

    Bien qu'elles se distinguent par leur simplicité, les églises du Pays Gentiane présentent souvent de multiples détails qu'il est difficile d'observer à l'oeil nu. Intéressons-nous ici aux multiples détails extérieurs de ces édifices religieux. Attention aux cervicales !

    L'église Saint-Georges de Riom-ès-Montagnes possède un ensemble de modillons sculptés qui reprennent des thèmes variés : païens, symboliques ou chrétiens (voir photo).

    A Saint-Etienne-de-Chomeil, l'église Saint-Etienne-et-Saint-Clair présente des décorations extérieures très parlantes pour le visiteur avec un sagittaire et deux têtes mystérieuses de monstres dont l'une montre une langue démesurée.

    L'église de Saint-Hippolyte est décorée par des modillons sculptés figurés tandis que la chapelle de la Font Sainte, haut lieu de pèlerinage depuis le XVIIIe siècle, est ornée de modillons représentant gueules de vaches et visages humains.

        

     

    L'église Saint Pierre de Menet présente des thématiques reprises dans les églises du Pays Gentiane (Saint-Georges de Riom-ès-Montagnes, Saint-Beauzire de Trizac...), notamment la sirène bi-caudale (à deux têtes), très discrètement incrustée au-dessus de l'entrée.

     

     

        

     

     

    Plus à l'est, à Saint-Amandin. les voussures du portail de l'église Saint-Etienne décrivent une tête hurlante, le combat d’un homme et d’un dragon à tête de singe – thème repris à Menet et Riom-ès-Montagnes. Dans le tympan de ce portail, deux écus montrent les armes des familles d’Estaing et de Murol. En entrant, sur l’un des chapiteaux, à droite, on retrouve la sirène bicaudale ou encore le singe cordé surmonté des serpents.

    Enfin, à Collandres, le narthex (sas d'entrée à l'église) est particulier : le sol est constitué d'un assemblement de pierres et au pied à droite de l'entrée, une structure en fer permettait d’ôter la terre de ses sabots. L'église Saint Martin se distingue aussi par sa corniche extérieure, dont les modillons sont riches en évocations : ornés de têtes ou simplement moulurés, ils décrivent une chèvre, un diable, un penseur se grattant le menton, un atlante.

    Bref, si les édifices religieux du pays riomois sont tous dignes d'intérêt, il faut non seulement observer leur architecture intérieure mais aussi s'attarder sur leurs sculptures extérieures, qui sont d'une grande discrétion. N'ayez pas peur d'être curieux !


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :