• Nouveau sentier d'interprétation à la Font Sainte

    Les voix de la Montagne vont résonner

    Inscrit au Contrat de Développement Territorial 2009-2011 par la Communauté de communes du Pays Gentiane, le projet de sentier d'interprétation de la Font Sainte commence à prendre forme.


     

    Ce tout nouveau sentier pédagogique et touristique favorisera l'accueil du public et permettra aux visiteurs d'appréhender le site dans sa globalité, de l'enclos sacré à la croix de Rochemonteix, quelques hectomètres plus haut.

    Effectuons un petit bond dans l'histoire... Vers 1740, suivant son habitude, Marie Galvain, paysanne de Rastoul, faisait son pèlerinage à la Font Sainte. Elle se tenait à genoux auprès de la fontaine et faisait ses prières, lorsque tout à coup elle aperçut la Très-Sainte Vierge, sous la forme d'une grande dame, richement vêtue. Elle avait un air de majesté céleste qui inspirait la confiance et l'amour. La pauvre paysanne, comme on peut bien le penser, fut saisie d'un tremblement, et cette vision fit sur elle une impression si profonde, qu'elle ne pouvait ensuite en parler sans verser des larmes. Cependant la Sainte Vierge s'était mise à parler et elle disait ceci : « Marie j'étais bien plus honorée sur cette montagne autrefois qu'aujourd'hui. Mon oratoire n'existe plus et plusieurs de mes enfants oublient leur mère parce qu'ils ne voient plus mon sanctuaire. Il faut, ma fille, que vous fassiez rebâtir ce petit oratoire. Je vous ai choisie pour cette bonne oeuvre. Vous le ferez reconstruire sur le fontaine et vous direz que je veux même que, plus tard, on m'élève une chapelle au-dessus de ce lieu, à droite, sur la plaine, à l'endroit où vous trouverez une pierre marquée d'un signe. Cette pierre est actuellement placée devant la porte de la chapelle et ce signe indiqué par la Sainte Vierge serait, dit la légende, l'empreinte de ses pieds. Marie Galvain alla voir l'évêque de Clermont, Monseigneur Massillon, qui lui donna l'autorisation de recueillir des offrandes qui permirent de construire la niche puis l'oratoire en 1743/1744. On y plaça une statue de la Vierge présentant son fils, statue cachée chez un habitant de Saint-Hippolyte durant la Révolution. C'est en 1835 que commença la construction d'une première chapelle, elle fut bénie le 8 septembre 1837. Le pèlerinage de la Font-Sainte devint alors l'un des sanctuaires les plus visités du diocèse.

    Retour au présent. Sous ses aspects désertés, la montagne de la Font Sainte recèle pourtant de nombreux témoins d'hier et d'aujourd'hui. Baptisé "Les Voix de la Montagne", d'abord en clin d'oeil à Marie Galvain, le circuit donnera la parole à divers personnages : gentiannaire, botaniste, pâtre, géomorphologue, rebouteux, pèlerin, agriculteur ou écrivain. Ces derniers vont nous parler de leur montagne à travers une boucle de 9 stations d'interprétation. Un dispositif composé de mobiliers en pierre et de bornes sonores qui se fondra parfaitement dans l'environnement.

    L'aménagement a débuté et le cheminement sera en service dès l'été prochain, la fin des travaux étant prévue pour juin 2013.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :