• Patrimoine routier (1/2)

    Ces vieux panneaux
    qu'on croise encore


    Les panneaux de signalisation routière Michelin furent fabriqués pour les routes françaises de 1910 à 1971, principalement en lave émaillée et sur béton armé. Après les panneaux d'entrée d'agglomération, Michelin va produire à partir de 1918 des milliers de bornes d'intersection : indications touristiques, plaques ou encore bornes d'angles. 

    Aujourd'hui, les vestiges de ces ouvrages sont de plus en plus rares mais le fabriquant de pneumatiques, concepteur de cartes routières et des fameux Guide gastronomique et Guide Vert, conserve ces trésors au sein de son siège social de Clermont-Ferrand

     

    A la sortie -sud de Marchastel, à l'intersection des routes D36 (Lugarde)
    et D336 (Le Val, Nastrat) se dresse cette borne Michelin

     

     

    Plaque Michelin dans le bourg de Saint-Saturnin © jmlv

     

     

    Panneau Michelin sur la D678 (axe Riom/Mauriac),
    intersection de Chavaroche (Trizac) © jmlv

     

     

    Panneau Michelin sur la D678 (axe Riom/Mauriac), 
    intersection de Total-Haut (Valette) © jmlv

     

    Cette courte liste n'est pas exhaustive : en étant attentif, on peut en identifier quelques autres autour de Riom-ès-Montagnes, et biensûr en France entière.

     

    A consulter : routes.wikia.com, panneauxenbeton.fr, wikipedia.org


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :