• Evénement : le Critérium du Dauphiné en pays riomois !L'information a été révélée en janvier : le Cantal accueillera le grand départ du Critérium du Dauphiné, les 9 et 10 juin. Et la région de Riom-ès-Montagnes bénéficiera du passage des coureurs professionnels...

    Le 9 juin, le peloton gravira le pas de Peyrol au cours d'une étape reliant Aurillac à Jussac. Puis le 10 juin, une seconde étape cantalienne verra les coureurs cheminer entre Mauriac et la Haute-Loire, probablement à Craponne-sur-Arzon. Si le tracé n'a pas encore été précisément dévoilé (l’ensemble du parcours sera dévoilé le 25 mars à l’Hôtel de région Auvergne Rhône-Alpes), on peut déjà annoncer que les bourgs de Trizac, Valette et Riom-ès-Montagnes seront traversés par la caravane et les coureurs. Cette seconde étape prendra ensuite la direction d'Allanche et sera partiellement diffusée en direct sur France 3.

    Chaque année, le Critérium du Dauphiné (8 étapes) fait figure de grande répétition générale avant le Tour de France. En 2019, l'Auvergne est largement mise à l'honneur. Le fait que l'épreuve soit largement soutenue par la Région Auvergne Rhône-Alpes n'est pas anodin. Alors, qui succèdera au Gallois Geraint Thomas au palmarès ?

    Notons que le Cantal sera également le théâtre du Tour de France (étape Saint-Flour / Albi le 15 juillet) et du Tour de l'Avenir (étape Bergerac / Mauriac le 17 août, étape Mauriac / Espalion le 18 août).

    Plus d'infos sur https://www.criterium-du-dauphine.fr/fr


    votre commentaire
  • Autrefois, Lugarde s'appelait Lugwacht, lieu de culte facilement reconnaissable à Lugarde-Haut, 1 061 m, qui fut un oppidum où les vestiges de murs de fortifications sont encore bien apparents. L'actuel Lugarde est, à coup sûr, établi sur le site, fondé jadis vers 1 000 m d'altitude au pied du sanctuaire, flanqué au nord d'un autre poste de défense et de guet, le château fort (à 1 042 m) dont il ne reste que des ruines surplombant les gorges de la Santoire.

    Lugarde : les ruines du château Photo : monmireille.canalblog.com

    La commune de Lugarde était autrefois une seigneurie avec un château fort qui a été détruit au début de la Révolution. Il reste encore des ruines laissant deviner la forme du château. Malheureusement, ces ruines n’ont pas été classées et les habitants du village voisin, le Meynial, s’en sont servies de carrière (le nom du village vient sans doute de cela, du latin moenia : les ruines). Ce château gardait la vallée de la Santoire, rivière aux gorges étroites et abruptes et était en vue directe avec celui d’une puissant voisin, le comtour (comte) d’Apchon, précieux auxiliaire du roi de France pendant la guerre de Cent Ans.

    Pour partir à la découverte de ces ruines, vous pouvez effectuer une balade depuis Lugarde et plus précisément Le Meynial et suivre l'itinéraire en violet ci-dessous (vous pouvez voir que les ruines sont matérialisées par une étoile).

    Vidéo : survol de Lugarde en drone

    Sources : lugarde.fr, Dictionnaire statistique du Département du Cantal par M. Deribier du Châtelet


    votre commentaire
  • Philippe Fabre, président du Syndicat Mixte du Puy Mary, réunissait récemment ses équipes pour faire le point sur la saison 2018 du Grand Site Puy Mary - Volcan du Cantal.

     

    Sur l'ensemble de la saison, à savoir du 1er mai à fin octobre, la fréquentation du Puy Mary est en légère hausse, grâce notamment à une météo clémente pour les mois de septembre et octobre. 66 000 visiteurs  ont été recensés sur la période estivale dans la maison de site du Pas de Peyrol, 108 000 visiteurs sur l'ensemble de saison d'ouverture.

     

    Prévue dans le cadre du renouvellement du label, le principe de stationnement payant au pas de Peyrol a été mise en place. L'argent collecté participera au financement des travaux de restauration du GR400. 12 000 vignettes ont été vendues. Dans le même temps, le transport par navette a connu une légère baisse de fréquentation avec 6 423 tickets vendus (4 608 en 2017). Cette action était menée en partenariat avec le Conseil départemental du Cantal.

     

    Un site privilégié pour la pratique du trail

     

    Durant la saison, de nombreuses actions et animations gratuites ont été conduites et ont rencontré un beau succès, parmi elles : la transhumance, des animations autour de la flore, la faune, le patrimoine bâti et le volcanisme. A noter que le Puy Mary confirme son statut d'endroit privilégié pour la pratique du trail avec trois principales courses : l'UTPMA, la Pastourelle et le Trail des 6 Burons, et la venue de l'équipe de France de trail pour leur entrainement.

     

    Parmi les réalisations de grande importance, on peut citer le chantier de restauration du sentier du GR400 Puy Mary en collaboration avec le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne, une opération d'un montant total de 20 000 € HT qui a reçu le soutien de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes et a permis la restauration de 200 mètres de sentier.

     

    Autres point abordés : le renouvellement du label "Grand site de France" obtenu en 2012, qui devrait intervenir mi décembre, mais aussi le réaménagement de la Maison de site du Pas de Peyrol avec la création d'un refuge qui permettra l'accueil de 12 personnes (dans un premier temps accompagnés par un professionnel), et la fin des travaux d'aménagement de la maison de Site du Col de Serre.

     

    Source : Cathy Duflot-Falgère - Le Réveil cantalien


    votre commentaire
  • En septembre et octobre 2018, les agents des Syndicats mixtes du Parc des Volcans d'Auvergne et du Grand Site de France Puy Mary "Volcan du Cantal" ont relevé le défi : la remise en état sur 200 mètres du sentier de grande randonnée permettant d'accéder au Puy Mary, à 1700 mètres d'altitude, sur sa pente Est...

    Dégradé en raison d'une importante fréquentation et de la fragilité de ses sols volcaniques, le GR400 devait faire peau neuve. L’objectif des travaux effectués dans le cadre de la gestion des sites Natura 2000 était de proposer un accès confortable et sécurisé pour les randonneurs afin de limiter les impacts négatifs sur les milieux naturels : dérangement de la faune sauvage et domestique, dégradation du milieu naturel et d’espèces protégées, érosion des sols.

    Mi-septembre, le chantier a démarré. Près de 5 tonnes de matériel ont été acheminés par héliportage jusqu’à la zone de travaux. Composé de toile géotextile, de boudins « coco », de piquets et rondins de bois, ce matériel a servi à restaurer la zone érodée du GR400 du Puy Mary sur 200 mètres de long, au travers de l’utilisation de techniques douces, naturelles et au savoir-faire des gardes nature du Parc des Volcans d'Auvergne.

    Après 2 semaines de travaux, les premiers résultats sont visibles :
     

    • création de renvois d’eau en pierres entrecoupés de seuils en boudins géotextiles ou de rondins de bois pour limiter les risques de ravinement et d’érosion liés à la pente et au ruissellement
    • pose de toile géotextile biodégradable pour favoriser la reprise de la végétation de part et d’autre du sentier.

    S'élevant à 10 000 euros, ces travaux ont été financés grâce à des crédits Natura 2000 du site Massif cantalien que gère le Syndicat mixte du Parc.

     

    Source : parcdesvolcans.fr

     


    votre commentaire
  • Alors que les travaux de sauvegarde des ruines du château et de sécurisation du site viennent de s'achever, Apchon, Patrimoine au Cœur ne se repose pas sur ses lauriers ! L'association, qui œuvre pour la sauvegarde, l'entretien et la mise en valeur du patrimoine apchonnais, a publié il y a quelques jours sur sa page Facebook une vidéo très originale. Celle-ci conte en quelques minutes la légende de la femme louve, célèbre récit du Nord-Cantal, en s'appuyant sur les textes de Jacques Mallouet, cet instituteur qui consacra sa retraite à l'écriture, et de Jean-Jacques Casses, bénévole de l'association. 

    Dans ce film tourné au pied du château, trois jeunes comédiens amateurs résidant à Apchon endossent chacun un rôle : Margaux est Marguerite d'Albon (alias la femme louve), Tom est le Seigneur Aymé Arthaud de Saint Germain d'Apchon et Mathieu est le garde du château (le chasseur dans la légende).

    En cinq jours, la vidéo avait déjà été vue par plus d'un millier de personnes sur le réseau social.

    Parmi ses projets, l'association souhaiterait organiser lancer prochainement sur le village un festival autour du conte.

    La légende

    A la fin du XVIe siècle, un chasseur promit à son ami gentilhomme de lui ramener du gibier. Parti à la quête d'un animal, il tomba nez-à-nez avec un loup qui venait à sa rencontre. La lutte s'engagea et il coupa la patte droite du loup mais celui-ci parvint à s'échapper, bien qu'estropié. Le chasseur rapporta la patte à son ami mais en ouvrant la gibecière, ce n'est pas une patte mais une main de femme avec un anneau qu'il aperçut. Le gentilhomme reconnut aussitôt l'anneau : c'était celui de sa femme. Il alla questionner celle-ci, qui, auprès du feu, cachait son bras droit sous un châle. La malheureuse avoua qu'elle avait poursuivi le chasseur sous la forme d'un loup-garou, fut condamnée et brûlée.

     

     

    Retrouvez la vidéo sur la page Facebook du blog, https://www.facebook.com/enpaysgentiane.leblog

    Vous êtes passionné(e) par les légendes du pays de Riom ? Rendez-vous ici : http://enpaysgentiane.kazeo.com/histoire-et-traditions-c27644732/6

    AB


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires