• Liste non-exhaustive (sous réserve) 

     

    Apchon                                                                

    - Mai. Marché des Bricous. Marché/Vide-greniers. Org. Comité des fêtes.

    - Juin. Fête patronale. Org. Comité des fêtes. 
    - Juillet. Festival de folklore. Org. Comité des fêtes / Les Amis d'Apione. .  
    - Août. Exposition sur le patrimoine. Place de l'église (local).
     

    Cheylade
     
    - Mai. Foire aux cloches et aux sonnailles. Org. Valrhue.
    - Juillet. Fête du poulacre. Repas. Org. Comité des fêtes.
    - Juillet/août. Expo d'été sur un thème patrimonial. 15 h / 18 h, a
    u foyer. Org. Valrhue.

    - Août. Marché des artisans. Org. Valrhue. 
    - Août. Fête patronale. Org. Comité des fêtes.
    - Décembre. Marché de Noel. Salle polyvalente. 

    Collandres                                                            

    - Avril. Apéro-concert jazz.
    - Début mai. Foire aux moutons de printemps. Org. Comité des fêtes/L'Ouilhe en Vadrouille.
    - Début octobre. Foire aux moutons d'automne. Org. Comité des fêtes/L'Ouilhe en Vadrouille.
    - Juillet. Fête patronale. Org. Comité des fêtes.  

    Le Claux                                                               

    - Juin. Fête de la randonnée. Rando pédestre, VTT, jeux pour enfants, bal, repas.
    - Été. Expositions à la Maison de site du Claux.
    - Juillet. Stage de piano et violoncelle + sorties rando. Org. Prélude et Fugue.
    - Été. Fête du terroir. A Lapeyre. Repas champêtre, bal, marché de pays, groupe folklorique. 
    - Août. Stage de chant choral + sorties rando. Org. Prélude et Fugue.  
    - Août. Fête patronale.
    - Juillet/août. Expo à thème. A l'école du Claux.

    Marchastel                                                            
     
    - 01/05. Rando du 1er mai. Org. Comité des fêtes.
    - Juin. Foire de la Loue. Org. Comité des fêtes.

    - Juillet. Fête patronale de la Sainte Anne. Org. Comité des fêtes.
    - Juillet/août. Exposition d'été sur un thème patrimonial. Les samedis et dimanches de 15 h à 18 h. Salle de la mairie. Org. Les Amis de Léon Boyer.

    Menet                                                                    

    - 01/05. Rando du 1er mai. 
    - Mai. Marché de printemps. Org. Comité d'animation et des fêtes. 
    - Mai. Vide-grenier/pétanque à Ensalers. Org. Comité des fêtes de la Gane.  
    - Juin. Fête de la Saint Jean au four de Crayssac. Org. Four de Crayssac.

    - Juillet. Fête patronale. Org. Comité des fêtes. 
    - Juillet. Rencontres Euroculture. Org. Euroculture en Pays Gentiane. 

    - Juillet. Rencontre des tailleurs de pierre. Org. Pierres de Menet. 
    - Juillet. Stage de sculpture. Tous niveaux. Org. Pierres de Menet. 

    - Juillet. Symposium de sculpture sur pierre. Org. Pierres de Menet. 
    - Juillet/août. Expo "peinture, sculpture et artisanat local". Chez Marguerite, place du monument. Org. Comité d'animation et des fêtes.
    - Juillet/août. Les Nuits Musicales. Org. Comité d'animation et des fêtes.
    - Juillet. Marché d'été. Org. Comité d'animation et des fêtes.
    - Août. Fête du four de Crayssac. Org. Four de Crayssac.

    - Août. Fête de la Gane d'Ensalers. Comité des fêtes de La Gane. 
    - Octobre. Foire agricole et commerciale de la Saint Martin.

    - Automne. Concours de soupes.

    Riom-ès-Montagnes                                             

    - Mars. Festival Par monts et par mots. Lecture musicale. A la bibliothèque municipale.  
    - Juin. Fête patronale. Org. OMAF. 
    - 21/06. Fête de la musique. 
    - Juillet/août. Les Jeudis de l'OMAF. Soirées concert en extérieur, centre-ville. Org. OMAF.  

    - Juillet/août. Marché de pays le lundi soir, 18 h. Org. ACAR.
    - 14/07. Feu d'artifice et bal. 
    - Juillet. Fête de la Gentiane. Org. Autour de la Gentiane. En centre-ville.
    - Août. Fête de la jeunesse et couronnement de la Rosière. Org. OMAF.
    - Août. Fête du Bleu d'Auvergne. Org. Festi'Bleu.
    - Octobre. Journées mycologiques de Haute Auvergne. Org. Office culturel du Pays Gentiane. 

    - Décembre. Marché de Noel. A la halle. Org. ACAR. 

    Et aussi, tout au long de l'année : 

    Expositions d'art à l'Office de tourisme du Pays Gentiane et à la Galerie Saint-Georges
    Expositions thématiques à la bibliothèque municipale 
    Conférences proposées par l'Université Inter-âges de Haute Auvergne, en partenariat avec l'Office culturel du Pays Gentiane, à la bibliothèque municipale 
    Ateliers d'écriture avec Jean-Jacques Bellet, bibliothèque de Riom, à 19 h 30 certains mardis
    - Cinéma au Quai des Arts (place du Champ-de-Foire) 
    http://cinemauriac.pagesperso-orange.fr
    Marchés de Riom-ès-Montagnes : marché alimentaire le samedi, et grand marché le 2e et le 4e mercredi du mois.
    Concerts chez les commerçants riomois et notamment au Lutéa (bar-brasserie, place de l'Hôtel de Ville).

    Saint-Amandin                                                     

    - Août. Fête patronale. Org. Comité des fêtes. Date à confirmer. 
    - Août. Fête du pain à Chapsal. Org. Vivre à Chapsal.
    - Octobre. Troc du Jardinier. Salle de l'ancienne école, de 9 h à 18 h. Org. Peiro d'Orses, Peiro de Demo. 
    - Décembre. Concert de Noel. Eglise de Saint-Amandin. Org. Comité des fêtes.
    - Décembre. Crèche de Noel. Org Peiro d'Orses/Club des Myrtilles.

    Saint-Etienne-de-Chomeil                                   

    - Juin. Fête patronale. Vide-greniers.
    - Juin. Soirée festive bal trad'. Org. Les Troubadours des Gentianes.
    - Octobre. Festival Musique trad'. Org. Les Troubadours des Gentianes. 
    - Hiver. Veillées Bal trad'. Org. Les Troubadours des Gentianes.
    - Décembre. Aubade à la crèche / concert. Org. Les Troubadours des Gentianes.

    - 31/12. Réveillon sorti du panier. Org. Les Troubadours des Gentianes.

    - Décembre/janvier. Crèche de Noel. Eglise de Saint-Etienne-de-Chomeil.

    Saint-Hippolyte                                                   

    - Juin. Cérémonie de la montée de la vierge à la Font Sainte.
    - Juillet. Messe en occitan à la Font Sainte.
    - Août. Messe de l'Assomption à la Font Sainte.
    - Août. Fête patronale. Org. Comité des fêtes.
    - Août. Fête des Bergers à la Font Sainte.
    - Septembre. Cérémonie de la descente de la vierge de la Font Sainte. 
    - Août. Vide-grenier. Org. Comité des fêtes.
    - Octobre. Marché d'automne. Org. Comité des fêtes. 

    Trizac                                                                   

    - Juin. Fête de la Musique. Org. Comité des fêtes. 
    - Juillet. Fête de Lachassagne. 
    - Juillet. Vide-grenier. Org. Génération Sport.
    - Juillet. Fête du Pain. A Cheyrousse. Org. Comité des fêtes.
    - 13/07. Feu d'artifice + soirée disco. Org. Mairie de Trizac.
    - Juillet/août. Marché de pays le mardi à 18 h. Org. Comité des fêtes.
    - Août. Fête patronale.
    - Septembre. Concours de vaches salers. Org. Comice agricole de Trizac. 
    - Septembre. Fête de Lieuchy. Org. ACCA. 
    - Décembre. Téléthon
    - Décembre. Marché de Noel. Salle
    polyvalente.

    Valette                                                                  

    - Août. Fête patronale. Org. Comité des fêtes. Moto-cross, repas dansant, concours de pétanque en doublette, thé dansant, vide-grenier, radio crochet, démonstrations de danse, feu d'artifice. 

    Sur tout le territoire...                                          

    - Saison culturelle Pays Gentiane (Org. CCPG / Euroculture)

    - Vacances scolaires. Animations Office de tourisme du Pays Gentiane. 

    - Juillet. Cyclosportive "L'Antonin Magne".
    Circuit : Aurillac - Mandailles - Pas-de-Peyrol (ravitaillement) - Le Claux/Cheylade/St-Hippolyte/Apchon (ravitaillement) - Riom-ès-Montagnes - Valette - Col de la Besseyre - Trizac - col d'Aulac - Le Falgoux - col de Néronne - St-Paul-de-Salers - col de St Georges - col de Légal - Lac des Graves - Aurillac

    - Juillet. Cyclosportive "La Lily Bergaud".

     

    Les manifestations nationales
    - Mai. Fête de la Nature. Org. LPO.

    - Juin. Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins. Org. Asso. Patrimoine-Environnement.
    - 21/06. Fête de la Musique. Riom et Trizac. Org. Ministère de la culture.
    - Septembre. Journées du Patrimoine. Org. Ministère de la culture.

    Et aussi, à deux pas...                                        

    - Août. Moussages fait son cinéma. Cinéma plein air (projection sur écran géant), à 21 h 30. Moussages.

    - Septembre. Festa de l'Oreilha (fête du violon). Marchal. Bals, concerts en plein air, stage, repas. Org. Paroles de tilleul/Bien vioure va Marsa.

    Retrouvez également l'actualité des sorties...    

    dans la presse écrite locale
    Entre Autres (bimestriel d'informations culturelles)
    > 
    Le Pays de Riom-ès-Montagnes (bimensuel/hebdomadaire en juillet-août)
    Le Réveil cantalien - pages Le Réveil de Mauriac (hebdomadaire)
    La Montagne

    à la radio
    RBA FM
    (du lundi au samedi à 10 h et 16 h 30, le dimanche à 8 h 15)

    sur Internet
    pays-gentiane.com
    carnetdebort.org
    fildinfos.com
    Facebook : Office de tourisme du Pays Gentiane 


    votre commentaire
  •  

    Le rôle des buronniers

    L'organisation du travail entre les buronniers était très hierarchisée. Le vacher était en charge de la traite, responsable du cheptel et de la fabrication du fromage. Il était accompagné du boutiller, qui aidait le vacher dans ses travaux, et du pâtre, parfois appelé message. Celui-ci s'occupait des veaux (garde des troupeaux, surveillance pour les empêcher de téter pendant la traite) et aidait à toutes les tâches : il s'agissait d'un jeune homme recruté soit par connaissance, soit à l'issue d'une "foire de la loue". Boutiller et pâtre devaient obéissance au vacher. Le métier est pénible : on se lève dès 4 h du matin pour la première traite.

    Les outils du buronnier

     


     

    La catseuse : utilisée pour presser la "caillée" (apparition : fin XIXe)

    La clide : barrière de bois ajourée servant à parquer le bétail pendant la traite

    La muselière : elle empèche les veaux de téter.

    Le joug : pièce de bois utilisée pour atteler une paire de vaches.

    La corne à sel ou "sagui" : corne de vache attachée à la ceinture des hommes pendant la traite pour distribuer le sel aux vaches

    La gerle : récipient cylindrique en bois cerclée de fer (contenance de 100 à 160 litres) servant à transporter le lait depuis le parc jusqu'au buron

    La selle à traire : tabouret de bois à un seul pied fixé à une ceinture par deux lanières de cuir, utilisé pendant la traite

    La corde : durant la traite, le veau est attaché à la patte avant gauche de sa mère

    La forme : moule à fourme

    Le "coupou" ou "pousi" : écope conçue pour puiser le petit lait dans la "gerle"

    Le "tressadou" ou "atrassadou" : planche à trous qui permettait de brasser le caillé

    La pelle : avec elle, la tome est transférée dans le moule

    Le frénial : outil utilisé pour rompre le caillé

    La "fraiseuse" : pour broyer la tome (apparition : fin XIXe), elle a remplacé les doigts du vacher ou l'utilisation d'un couteau. Les brins de tome tombent dans la maie (ou "millet"), caisse de sapin, où intervient le salage et le malaxage de la tome.

    Le pressoir : comme son nom l'indique, il sert à presser le fromage pour en faire sortir le petit lait

    L'écrémeuse : pour extraire les matières grasses du petit lait. Le petit lait restant est donné aux cochons, la crème est utilisée pour faire du beurre de montagne.

    La baratte : sert à battre la crème pour faire le beurre. Production : 12 à 13 kg de beurre

    L'ancre : sorte de pioche fort utile pour arracher les gentianes (et donc atteindre leurs racines, profondes)

    Le joug d'homme : utilisé pour transporter la gerle de lait

     

    Aujourd'hui, le travail des gardiens de troupeaux a évolué. Les pistes sont davantage carrossables et le 4x4 permet de gagner du temps... Le Cantal reste le premier département français en ce qui concerne la transhumance bovine.

     

    Sources : Chamina, Valrhue, Coptasa


    votre commentaire
  • Le Pays Gentiane offre un patrimoine vernaculaire particulièrement riche : burons, croix, fours à pain, moulins à eau, fontaines, lavoirs, pigeonniers (Collandres, Saint-Etienne-de-Chomeil), chapelles et oratoires, châteaux, ponts en pierre ou même trappes à loups (2 à Marchastel et Saint-Etienne-de-Chomeil). Sans oublier des ouvrages plus récents comme la gare de Saint-Amandin. 

     

     Les croix       avec cantalcroix.free.fr

    Croix de chemins 

    Le premier rôle d'une croix est de christianiser un lieu. Les croix de chemins témoignent donc avant tout de l'avancée du christianisme et de la présence de l'Église. C'est ce qui explique qu'un nombre important de menhirs ont été christianisés par l'adjonction d'une croix. On a dit que les autorités religieuses avaient cherché à détruire ces monuments pré-chrétiens; c'est en effet ce que plusieurs conciles ordonnent, mais, le plus souvent, on préféra récupérer ces objets de culte : il suffisait d'en changer la destination. 

    Les carrefours ont toujours fait l'objet d'une attention particulière. Il y a, en effet, un symbolisme de la croisée des chemins, et souvent les carrefours provoquent ce que l'on nomme chez nous une "peur". La croix fait donc office ici de talisman. Il ne faut pas négliger pour autant un rôle plus prosaïque d'indicateur : quand le croisement est sous la neige, la croix continue d'indiquer sa position.

    Enfin, un certain nombre de croix de chemin sont aussi des croix sur la voie des morts. De la maison du défunt à l'église paroissiale, le convoi funéraire s'arrêtait à toutes les croix et l'on récitait quelques prières appropriées.  
     

    Croix des Rogations et de processions 

    Certaines croix de chemins servaient aussi aux processions, et notamment aux Rogations, fête aujourd'hui bien oubliée mais essentielle en milieu rural.

    Les Rogations constituaient une fête liturgique s’échelonnant sur trois jours, du lundi au mercredi précédant l’Ascension. Ces Rogations, ou litanies mineures, furent instituées en 469 par saint Mamert, évêque de Vienne en Dauphiné. Grégoire de Tours nous informe que l’usage fut introduit très tôt en Auvergne. 

    Curé en tête, la procession des paroissiens traversait le terroir de part en part, s’arrêtant aux croix pour bénir les prés et les champs. Chaque journée était consacrée, en principe, à la bénédiction d’un type particulier de culture : prés, champs, vignes ou quelque autre culture secondaire. Le but était évidemment de garantir, par des prières adéquates, la prospérité de la communauté villageoise en immunisant ses diverses productions contre les attaques des forces obscures. C’est pourquoi il importait aux paysans de disposer des croix aux endroits stratégiques, certes au bord des chemins, mais donnant sur les prés et les cultures. 

    Il y avait cependant beaucoup d'autres occasions de fleurir les croix, car les processions étaient nombreuses. 

    Croix de limites

    La croix, comme le menhir avant elle, peut servir de  borne. Entrée et sortie des villages sont normalement pourvues d'une croix, mais toutes les limites, religieuses ou profanes, pouvaient être ainsi matérialisées.

    Aux XIe et XIIe siècles, des Sauvetés sont crées et délimitées par des croix (Aurillac, Maurs, Montsalvy, Sauvat). Ces Sauvetés sont des terres d'asile qui ne dépendent que du fondateur, Abbé ou Pape. En réalité, il s'agissait ainsi d'attirer des travailleurs pour mette en valeur des terroirs encore inexploités. Les textes indiquent clairement la présence et le rôle juridique des croix.

    Croix des villages et des cimetières

    Chaque village, on l'a dit, s'ouvre et se ferme par des croix (du moins en terre catholique). Mais les places sont également christianisées, ainsi que les cimetières. 

    Nous savons que les cimetières se trouvaient tous, originellement, à proximité immédiate de l'église. Ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que la nouvelle "morale" de l'hygiène les a rejetés à l'extérieur des bourgs. La croix qui trônait au centre du champ des morts a pu faire le même voyage, ou bien est restée sur place pour devenir une "croix d'église".

    Croix des ponts, des sommets, des sources et des fontaines

    Chaque point important du paysage fait l'objet d'une christianisation. 

    Les ponts sont des points de passage obligés, et souvent étaient le lieu d'un péage. Une croix pouvait garantir (en théorie) la légitimité de cet impôt. Malheureusement les ponts anciens sont extrêmement rares aujourd'hui : Saint-Flour, Allanche, Saint-Simon.

    Presque tous les sommets, en revanche, ont conservé une croix. Le rôle de christianisation, de signal ou de rappel est ici évident.

    Enfin, les sources et les fontaines ont également reçu la marque du christianisme. D'abord parce que l'eau a toujours été sacrée, ensuite pour combattre (et en fait récupérer) les cultes antérieurs.


    Croix mémoriales

    Un grand nombre de croix servent de témoins. C'est ainsi que le lieu d'une mort brutale, ou au contraire d'un coup de chance, font l'objet d'une érection de croix. Dans le même registre citons les croix de peste, qui rappellent (et conjurent) une épidémie, ou les croix de pèlerinage, qui le plus souvent ne marquent pas une étape sur un trajet, mais rappellent le pèlerinage du donateur. Certaines "croix des batailles" se souviennent seules, et confusément, d'un conflit.

    Croix de toits, maisons, granges

    Afin de lutter contre les maléfices naturels (foudre, épidémies...), les habitants s'entouraient d'éléments protecteurs : la croix était le symbole de la bénédiction divine. 


    Quelques croix remarquables : Ribeyrolles, Font Sainte (Saint-Hippolyte, photos ci-contre), des Chevaliers, de Broc (Menet), de l'église (Riom-ès-Montagnes, Menet), de Marcombes (Valette), de Bagil et Montagnac (Saint-Amandin), du cimetière, d'Alberoche (Collandres), dans l'église (Cheylade), de l'église (Trizac)...

    >> Voir aussi : une brève histoire des croix

     

     Les fours à pain                                        

    Les fours furent longtemps un élément essentiel de la vie des hommes. Souvent voûtés en encorbellement, ils ont été utilisés jusque dans les années 60 pour certains. Aujourd’hui restaurés et animés, ils font l’objet de fêtes annuelles du pain.

    Le four de Cheyrouse (Trizac), situé près de l’étang du même nom, restauré en 1997, possède une couverture de lauzes. Belle voûte en pierre du fournil et murs latéraux flanqués d’une banquette de pierre, était destinée à recevoir les « paillas » contenant les tourtes à cuire. Au Claux, les fours restaurés de La Maurinie et du Serget sont remarquables, tout comme le four troglodyte de Lapeyre (1836).
    A Saint-Hippolyte, le four le plus intéressant est celui de Rastoul, dans la vallée de la Petite Rhue. A Saint-Amandin, c'est l'association de sauvegarde du petit patrimoine (Peiro d'Orses, Peiro de Demo) qui a restauré le four de Chapsal.

    Profitez des fêtes de village/fêtes du pain pour découvrir les fours à pain suivants en activité : La Vidal (Apchon, juillet), Lapeyre (Le Claux, août), Cheyrousse (Trizac, juillet), Creyssac (Menet, juin et août), La Gane d'Ensalers (Menet, août), Chapsal (Saint-Amandin, août), Lieuchy (Trizac, septembre) : cf en rubrique Agenda.


    Fours de Chavanon (Cheylade)

    Curieusement, ce hameau bien tranquille de la vallée de Cheylade offrait autrefois une activité importante, autour des quelques grosses « fermes » ou de « riches » maisons. C’est en effet un des rares villages de la région où pratiquement chaque maison dispose d’un four particulier. Dans les autres villages, il existe le plus souvent un seul four : le four banal. Qu’ils soient banaux ou privés, ils sont construits quasiment sur le même modèle.

    La sole (partie du four sur laquelle on place les produits à cuire) avoisine les 2,30 m de diamètre. La pierre utilisée est généralement le tuf, qui garde la chaleur. La pierre centrale, constituée d’une dalle hexagonale, est surmontée d’une voûte circulaire en pierre taillée et ajustée, recouverte d’une épaisse couche de terre argileuse.

    La toiture, généralement composée de lourdes lauzes, repose directement sur la terre. Les murs ont une épaisseur de plus d’un mètre.

    Le fournil, pièce où travaillait celui qui assurait la cuisson du pain, est souvent voûté. Au-dessus de la porte d’entrée, fermée à clé entre les cuissons, un « fenestrou » (petite fenêtre) assure l’éclairage et l’évacuation partielle des fumées.

    Le long des murs, des bancs en pierre, plus rarement en bois, accueillent les « paillassous » (corbeilles tressées avec de la paille, de la ronce ou du noisetier, contenant la pâte en attente de cuisson), puis les pains ou autres gourmandises chaudes sortant du four.

    Des récipients utilisés pour récupérer la braise et la cendre, appelés « cuviers », étaient disposés près de la gueule du four. La braise était utilisée pour remplir les chaufferettes, avec lesquelles les femmes se chauffaient l’hiver, tout en tricotant, le coin du feu étant plus réservé aux hommes. La cendre était utilisée en guise de lessive.

    Les fours ont régulièrement fonctionné jusque dans les années 1920, et pour certains, encore un peu plus tard, jusqu’à ce que les boulangers fassent leur tournée. Aujourd’hui, de nombreux villages mettent en valeur ce petit patrimoine en organisant annuellement une « fête du pain », l’occasion également de se retrouver et d’échanger en toute convivialité. 

    Histoire d’une tourte bien dorée

    Chaque personne, dans la famille, avait son travail. Tout commençait la veille, par la fabrication de la pâte. Souvent, malgré la dureté du travail, les femmes s’occupaient de cette tâche.

     

    La farine utilisée était celle de seigle, céréale rustique bien adaptée à la région. Parfois, on incorporait un peu de farine blanche, cultivée dans les vallées, pour que le pain ne soit pas si noir. On utilisait comme levain une boule de pâte fabriquée les fois d’avant, et conservée au frais dans une « toupine » (pot en grès). Il suffisait de « réactiver » le levain en le délayant dans l’eau tiède, puis de le pétrir en rajoutant de la farine, du gros sel et de l’eau dans la « maie » (caisse en bois de forme trapézoïdale). La pâte obtenue levait pendant une nuit, avant d’être de nouveau pétrie, puis répartie dans les paillassous. Ceux-ci étaient apportés au four, souvent avec une brouette, ou sous les bras, pour…

     

    …La cuisson 

    Un homme préparait le four le matin, très tôt.

     

    Il commençait par le bourrer avec des branches de buissons, ou des branches coupées le long des prés, dans les haies, ou avec du bois mort. Pourvu qu’il soit bien sec et préparé. 

     

    Le bois le plus utilisé est le hêtre ou le frêne, parce qu’il chauffe bien. 

    Une fois le feu allumé, il fallait attendre que le bois soit transformé en braise. La pierre presque blanche, on introduisait un épi. S’il s’enflammait spontanément, on entendait le responsable de cuisson dire « le four est chaud ». 

     

    Il ouvrait la porte, retirait braises, charbon de bois, cendres, avec un balai en genêt le plus souvent. La pierre du four était ensuite « nettoyée » à l’aide de chiffons humides, plus rarement avec une serpillière au bout d’un manche. 

     

    Les paillassous étaient alors retournés sur une grande pelle en bois. La pâte était enfournée, après qu’elle soit taillée, pour que la croûte éclate, et aussi par tradition. La cuisson était surveillée, et au bout d’un certain temps, on entendait « Y’en a pas pour longtemps ». 

     

    Une fois le pain cuit, la porte du four était ouverte pour laisser s’échapper la chaleur. Les dix à quinze tourtes étaient défournées et déposées sur des bancs en pierre, pour refroidir. Chacun récupérait son pain, jusqu’à la prochaine fois, quelques semaines plus tard. 

     

    Le four était alors fermé, car il ne servait qu’à cuire le pain, et rien d’autre, sauf… 

     

    Quelques petites gourmandises

    Souvent, avant ou après le pain, on faisait cuire d’autres choses : pâtés délicieux, appétissantes tartes aux pruneaux, aux pommes ou à la rhubarbe, suivant la saison, brioches avec une petite praline, petits pois avec des pieds de cochons, tripoux, gâteaux de riz. Des petits plaisirs, en somme…

     

    Quelques fours remarquables : fours de Brocq, du Liocamp, Creyssac, Lafage et du Cheyrié (Menet), de Chavanon (Cheylade, 5), La Vidal (Apchon), Puyvendrier (Collandres), Bagilet et Soubrevèze (Marchastel), Chapsal, Laquairie, Montagnac, Jointy et Bagil (Saint-Amandin), Chavaillac, Voussayre, Clavières (Saint-Etienne-de-Chomeil), Rastoul et Selins (Saint-Hippolyte), Lieuchy, Cheyrousse, Chamblat, Leybros (Trizac), La Maurinie et Le Serget (Le Claux)...

     

     

     Les moulins à eau                           

    La quasi-totalité des moulins à eau ont malheureusement été abandonnés au cours du XXe siècle. Les moulins servaient soit à moudre le grain, broyer le chanvre ou l'huîle de noix. Un recensement de 1981 réalisé par le GRHAVS (Antignac) fait état de 43 moulins sur la Sumène, 6 sur le Cheylat. Il en subsiste des ruines, notamment sur la Sumène (le Bourg, le Pradal, Tronchoux...), et des lieux-dits (moulin de la Vidal, moulin d'Apchon, moulin de Léonard, moulin de la Roche, moulin du Sartre sur la Petite Rhue). Aujourd'hui, en Pays Gentiane, les moulins (privés) les mieux conservés sont ceux de :

    - la Clidelle (Menet), bâtiment qui date de 1786 : les installations sont d'un niveau industriel et une vingtaine de personnes y travaillaient
    - Panchouly (Menet également)
    - Riom-ès-Montagnes (route de Collandres)
    - Moulin de Léonard, restauré (Cheylade)
    - Chapsal (Saint-Amandin)
    - Vézol (Saint-Amandin)

    A Bélier subsistent des vestiges d'un moulin à vinaigre (Saint-Etienne-de-Chomeil).

     

     

     Les fontaines, lavoirs et sources   

     

    Fontaines, bacs, abreuvoirs et lavoirs peuplent les bourgs et hameaux du Pays Gentiane. Parmi les fontaines dignes d'intérêt, l'on peut citer celles des places de l'église de Menet, Apchon, Cheylade, Saint-Hippolyte (La Font Sainte), Riom-ès-Montagnes, Saint-Amandin, Saint-Etienne-de-Chomeil ou Trizac (en pierre de Volvic, qui représente les quatre saisons), ainsi que celle située à l'intersection de l'avenue de la République et de la rue des Frères (Riom-ès-Montagnes).

    Parmi les nombreuses sources du territoire, certaines ont fait l'objet d'une restauration : sur la commune de Cheylade, une s
    ource minérale, située entre le Pont de la Roche et Fouilloux, est sensée guérir les maux d'estomac, l'anémie et la chlorose (Auguste de Chazelles/Daniel Brugès). A Valette, la source des Fages permet de soigner les enflures et l'asthme. A Trizac, la petite fontaine des Bessonies est proche d'un moulin ruiné. Utilisée contre les problèmes gastriques, elle n'a jamais connu de grande célébrité, mais les gens du pays ont toujours eu de la considération pour cette eau légèrement piquante et... salée. A Apchon, la Font Salée vit son eau commercialisée au cours du XXe siècle sous la marque "Saint Eloy" (cf Randonnée>Sentier de la Font Salée). Dans plusieurs communes, on peut observer des fouées, c'est-à-dire des sources aménagées.

     

    Si de nombreuses sources sont implorées afin que la pluie tombe, dans l'espoir d'obtenir de bonnes récoltes, d'autres annoncent des malheurs. La Font Bourdoire, près du suc de Rond - aux confins de Collandres, Valette et Moussages (on peut aussi lire Font Boudoire, Font Bouldoire), ainsi nommée en raison de son écoulement qui fait entendre un son quasi identique à un bourdonnement, a la réputation de prédire les catastrophes, d'annoncer les malheurs. Pour les anciens, l'apparition de l'eau était le signe de calamités de toute nature : disettes, conflits, dégradations météorologiques... La source ne coule que par intermittence, sur de longues péruides espacées dans le temps. Il est facile d'en juger : de l'an 750 à l'an 753, le folklore indique que l'on vit de l'eau sourdre à la Font Bourdoire tandis que les troupes de Sarrasins envahissaient les terres. En 1788 et, plus tard, en 1817, elle coula de nouveau et les récoltes furent catastrophiques. En 1914, nouvelle apparition de l'eau et début de la Première Guerre Mondiale. Plus proche de nous, en 1976, elle augura la grande sécheresse. (source : Daniel Brugès, Mystères du Cantal, De Borée, 2010)

     

     

     

     Les chapelles et oratoires               

     

    Principaux édifices : oratoires du Sartre (ISMH, Cheylade) et de Tautal-bas (Valette), chapelle de Roche (Valette), chapelle de Chateauneuf (Riom-ès-Montagnes), chapelles de Lieuchy et Lachassagne ISMH (Trizac) et l'incontournable oratoire de la Font Sainte (Saint-Hippolyte).

     

     

     Les chateaux privés                         

    Quelques châteaux valent le détour. D'abord dans la vallée de la Petite Rhue : Escorolles, XVe/XVIIIe, qui est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques, mais aussi Curières (chambres d'hôtes) et Tissonnières, tous deux sur la route du Claux; ou encore le château des Mouleyres (à l'intersection de la D3 et de la D62), celui de Pradines (entre Cheylade et Saint-Hippolyte) et du Caire (D3, direction Murat).

    Plus au nord, près de Riom-ès-Montagnes (route de Bort), on trouve le château Saint-Angeau, et plus à l'ouest, le Couvent (Trizac) : ce qui était autrefois le château du Baron de Trizac et de Cheyrouse fut reconverti en école libre (1872-1993), pensionnat de jeunes filles et maintenant propriété privée aménagée en chambres d'hôtes depuis 1997 ("Le Couvent", labellisé Fondation du Patrimoine).

    A Saint-Etienne-de-Chomeil, en plein coeur du bourg, le château (XIVe/XVIIe) possède un parc à l'anglaise aux arbres remarquables et un cadran solaire.

    A voir également au détour d'une balade, les châteaux de Chavaroche (Trizac), La Clidelle (Menet), Murat-la-Rabbe (entre Menet et La Monsélie). 
     


    1 commentaire
  • Au XIIe siècle, il existe dans la région de Mauriac une véritable industrie de l’église romane, destinée à remplacer des édifices très fragiles, sans doute construits en pierre et en bois. Beaucoup de chapiteaux des églises en Pays Gentiane ont été façonnés par les mêmes mains, d’où parfois d’étranges similitudes d’une église à l’autre. Imaginons un nombre incroyable d’artisans, de tailleurs, de sculpteurs, ouvriers de carrières (notamment celle de Broc, à Menet), ou encore charpentiers travaillant à ces chantiers.


    Outre le rôle premier de lieu de culte, l’église servait à la fois de refuge, de coffre-fort, d’entrepôt ou encore de grenier. Le culte des reliques aussi est à mentionner car il était source de richesse. En effet, on venait parfois de loin pour vénérer les reliques du saint gardées dans une châsse.

    Les églises du Pays Gentiane se distinguent par leur simplicité, marquée par une absence de décor sur la façade principale (ouest), des caractéristiques propres aux églises de Haute Auvergne : des voûtes en cul de four, des narthex (espace réservé aux non baptisés), des coupoles sur trompes et des nefs flanquées de deux bas-côtés.


    MH : Edifice classé Monument Historique
    ISMH : Edifice inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques

     

    Eglise
    Saint Léger
    MH
    (Cheylade)

    Circuit des églises romanes


    D’aspect solide et massif, dû aux lourds piliers qui séparent la nef des bas-côtés, l’église Saint-Léger date du XIIe siècle, pour sa partie la plus ancienne. Elle renferme une étonnante voûte de 1428 caissons de bois polychrome. Terminée autour de 1743, elle reprend des éléments du Bestiaire Médiéval, alors laissez les fleurs, les animaux réels ou fantastiques, les anges peints sur ces voûtes vous étonner. Par ailleurs, s
    on porche est le témoin de l’implication de la région dans l’Histoire nationale notamment aux Croisades.

         

    Ce type de caissons est également observable à l'Oratoire du Sartre (privé)

     

     

    Eglise
    Saint-Georges
    MH
    (Riom-ès-Montagnes)

      
     

    De pur style roman auvergnat du XIIe siècle, elle possède un porche de style Renaissance, un clocher autrefois fortifié, ainsi que 30 chapiteaux aux thèmes variés (comme dans la plupart des églises du pays de Riom) : païens, symboliques ou chrétiens.


     

    Eglise
    Saint-Etienne

    et Saint-Clair
    ISMH

    (Saint Etienne de Chomeil) 


    La première église du bourg daterait du Xe siècle mais le monument actuel date de l’époque romane pour ce qui est du choeur, de la nef et de l’abside. Le portail et les deux chapelles du choeur sont quant à eux de style gothique. Deux des quatre cloches de son clocher à peigne datent du XVIe siècle. Les décorations extérieures sont très parlantes pour le visiteur avec un sagitaire et deux têtes mystérieuses de monstres dont l'une montre une langue démesurée.

          

          

    Eglise d'origine romane (11e), avec un portail du 15e, une chapelle du 16e au nord et une autre au sud datant de 1844. Les voûtes ont été peintes au 19e.

     

    Eglise
    Saint-Blaise
    ISMH

    (Apchon)

          

          
    Ancienne chapelle XIIe s. agrandie au XVe, elle est entièrement recouverte de lauzes et abrite quatre remarquables retables de chêne sculptés, peints et dorés par des artistes locaux au XVIIe siècle, ainsi qu’une Vierge noire en bronze du XVe siècle. Parmi eux, le retable le plus fascinant fut sans doute commandé par les seigneurs d’Apchon et représente une allégorie de l’Espérance chrétienne triomphant de la Barbarie. 

     

    L’église
    Saint-Beauzire
    MH

    (Trizac)
     

     
     

    De style roman auvergnat de la fin du XIe siècle, on accède à son grand porche par un escalier semi-circulaire de 17 degrés. On peut distignuer des modillons à copeaux qui soutiennent la corniche du chevet. A l’intérieur, la nef centrale, de couleur blanche, est construite en pierre de tuf de Broc, tandis que les chapiteaux du transept sont en pierre de trachyte de Menet et présentent notamment 2 personnages agenouillés sous la main de Dieu, représentant peut-être les donateurs pour la construction de l’église. Les vitraux du choeur, du XVe et du XVIe siècle (les plus anciens du département) relatent la légende de Saint Nicolas. A remarquer aussi : les trois retables baroques de 1742, aux couleurs prédominantes bleu et or; dédiés à Saint Jean-Baptiste, à Saint-Beauzire et à la Vierge Marie : ils rappellent les trois anciennes églises de Trizac du IXe siècle. La fontaine de la place, construite en pierre de Volvic en 1873, est surmontée de quatre mascarons sur le thème des saisons. 

     

     

    La Font Sainte 
    (Saint-Hippolyte) 


    On quitte momentanément l'époque romane pour une architecture plus contemporaine. A 1230 m au milieu des pâturages, s’élève une chapelle à côté d’une source sacrée. On vénère dans ce sanctuaire une Vierge offerte au XVIIIème s. par un évêque de Clermont Ferrand à une bergère qui aurait eu une apparition près de cette source. Dans ce lieu très paisible, vous pouvez emprunter le chemin qui mène à la colline, d’où vous admirerez le panorama sur le Plateau du Limon. Accès depuis Apchon ou Saint- Hippolyte.

     

    Ancien lieu de culte celtique, christianisé au VIe siècle, le site de la Font-Sainte est donc un lieu de pèlerinage depuis le XVIIIe siècle. La statue de la Vierge est dite transhumante : elle monte passer l’été dans le sanctuaire de la Montagne vers les vachers et les bergers et redescend l’hiver dans l’église de Saint-Hippolyte. La source, priée au temps des Celtes, coule toujours auprès de l’Oratoire et fait encore l’objet d’une dévotion.

     

     

    Eglise
    Saint-Pierre
    MH

    (Menet) 


    L'église fut construite avec les pierres de taille du village, extraites des carrières locales de trachyte. Monument mystérieux et insolite avec ses chapiteaux aux thèmes musicaux ou de danse, elle présente aussi des thématiques reprises dans les églises du Pays Gentiane, notamment la sirène bi-caudale (Riom-ès-Montagnes, Trizac).

     

    L'église, romane, est composée d'une nef de quatre travées avec bas-côtés du 12e siècle, la première étant voûtée en berceau, les seconds par des demi-berceaux. Une coupole s'élève sur la croisée. Quatre chapelles furent ajoutés après coup, ainsi que la tourelle d'escalier, le clocher et le pignon du portail. Deux de ces chapelles datent de la Renaissance. Chapiteaux et sculptures sont bien conservés. 

    De la fin du XIIe siècle, l’église Saint-Pierre de Menet possède une acoustique particulière due principalement à sa coupole en tuf de Broc. Ses chapiteaux sont également insolites, reprenant le thème de la danse ou de la musique, ainsi que des thèmes mythologiques comme la sirène bi-caudale caractéristique du Pays Gentiane. Sa coupole soutenue par une lanterne octogonale renforcée à la base de deux piliers en fait une église unique en Auvergne.

     

     

    Eglise
    Saint-Etienne
    ISMH

    (Saint-Amandin) 

    D'importantes transformations ont modifié le plan primitif de l'édifice qui devait comporter, à l'époque romane, une nef prolongée par le choeur actuel en abside semi-circulaire, et flanquée de deux collatéraux terminés par des absidioles encadrant le choeur. Seuls subsistent l'absidiole sud et, en partie, le mur extérieur du collatéral sud. Dans sa forme actuelle, l'édifice comporte une nef écrasée par une voûte lambrissée trop basse. L'entrée se fait au sud par un portail de la fin du 15e siècle, dont les voussures décrivent une tête hurlante, le combat d’un homme et d’un dragon à tête de singe (thème repris à Menet et Riom-ès-Montagnes)Dans le tympan de ce portail, deux écus montrent les armes des familles d’Estaing et de Murol.

     En entrant, sur l’un des chapiteaux, à droite, on retrouve la sirène bicaudale ou encore le singe cordé surmonté des serpents. Le choeur est en forme d'abside semi-circulaire (pentagonal à l'extérieur). L'absidiole nord a disparu lors de la construction du clocher quadrangulaire. A l'intérieur, du côté de la nef, le chevet roman présente des chapiteaux aux corbeilles historiées. Le choeur est couvert d'un cul-de-four dont les arcatures ont leurs retombées sur des colonnettes aux corbeilles ornées. L'absidiole au sud du choeur est également couverte d'un cul-de-four. L’impression de manque d’homogénéité architecturale peut s'expliquer par un incendie survenu au début du XXe siècle. 

     

    Eglise
    Saint-Martin
    ISMH

    (Collandres) 

    Édifice d'époque romane, d'aspect massif, l'église occupe un emplacement stratégique comme poste de surveillance de la vallée de la Véronne. Probablement fortifiée autrefois, elle est composée d'une abside polygonale à trois pans, précédée d'une nef unique dans laquelle donnent deux chapelles latérales nord et sud. A l'avant, un clocher-porche a été ajouté, probablement au  XVIIIe siècle ou bien au XIXe. Il s'agit d'une tour à base rectangulaire, à trois niveaux délimités par des moulures. Sur le chevet, deux colonnes engagées encadrent les deux fenêtres centrales. Leurs chapiteaux sont ornés de feuillages stylisés.

    Nef et choeur romans : 12e siècle. Chapelles latérales et base du clocher-porche du 15e siècle. Le clocher date du 19e. Les vitraux, datés 1914, sont signés de L. Balmet.

    Sur la corniche extérieure, les modillons sont riches en évocations : ornés de têtes ou simplement moulurés, ils décrivent une chèvre, un diable, un penseur se grattant le menton, un atlante.

      

    Eglise
    Sainte Croix
    et Saint Pierre
    ISMH

    (Marchastel) 

    Eglise romane du XIIe s., l’édifice, en forme de croix latine, renferme une voûte en cul de four assez remarquable, deux chapelles contenant chacune un retable baroque. Le retable de gauche représente la Remise du Rosaire et celui de droite la Nativité de la Vierge. Le clocher, reconstruit au XIXe siècle, était auparavant un clocher à peigne. A ne pas manquer également : les vitraux.

      

    Eglise
    Saint 
    Hippolyte ISMH
    (Saint-Hippolyte) 


    Eglise (XIe/XIIIe ss) avec voute en cul de four éclairée par trois baies et décorée à l'extérieur par  des modillons sculptés figurés. Elle abrite 9 mois de l'année la statue de Notre Dame de la Font Sainte qui transhume l'été pour retrouver son sanctuaire d'altitude.

    Le territoire faisait partie des domaines des seigneurs d'Apchon. C'est vraisemblablement sous l'impulsion et avec les subsides de ces seigneurs, qui prirent part aux premières croisades, que l'église fut construite. L'édifice servit de sépulture aux principaux membres de cette famille. La majeure partie de l'église remonte au 11e siècle, ce que confirment les sculptures du choeur (chapiteaux, corbeaux de la corniche). Les voûtes sur croisées d'ogives, avec liernes et tiercerons, durent être refaites au 15e siècle. Le plan en croix latine avec abside semi-circulaire fut également modifié au 15e siècle. L'abside en hémicycle est couverte en cul-de-four. L'arc légèrement brisé est soutenu par deux colonnes engagées d'époque romane. Trois travées forment la nef, avec deux chapelles de chaque côté, tandis que la première travée d'entrée correspond au porche. Toute cette partie est caractéristique de la fin du 15e siècle. Les voûtes avec liernes comportent des clés ornées de personnages sculptés. Le porche voûté en berceau abrite une porte formée de trois rangs de moulures du 15e siècle, surmontée de l'écusson des sires d'Apchon (semis de fleurs de lys). L'église contient une balustrade de tribune d'un travail de sculpture sur bois du 15e siècle. Peintures intérieures du 19e siècle.

     

    Circuit des Eglises Romanes du Pays Gentiane 
    Infos : Office de Tourisme du Pays Gentiane (Riom-ès-Montagnes)
    Tél. 04 71 78 07 37


    2 commentaires

  • Voir la galerie


    votre commentaire