• Saint-Amandin : réunion annuelle des anciens étameurs

    Les estamaïres se rappèlent aux bons souvenirs

    les "estamaïres" du territoire, derniers dinosaures d'une profession quelque peu oubliée, se retrouvaient dernièrement à l'occasion d'un repas annuel, organisé pour la 4e année consécutive, où chacun a pu relater de nombreux souvenirs et anecdotes.

    Autour de la table : Robert Vollet (Marchastel), l'homme qui connait tous les étameurs et leur généalogie ; Albert Barbat (Chassagny, Saint-Amandin), le dernier étameur voyageur dont la carrière a pris fin en 2000 ; Jules et Daniel Chaumeil, étameurs de père en fils (Bagilet, Marchastel) ; Etienne Floret (Jointy, Saint-Amandin), accompagné de son harmonica et qui a distillé quelques airs auvergnats ; Jean Caze (Lugarde), Louis Plantecoste, Alfred Duché...

    Travail de mémoire

    Marc Privat, géographe et anthropologue, était également convié à ce moment d'échange. Celui-ci a en effet réalisé une étude sur les étameurs, notamment pour sa thèse de doctorat sur "les migrants du massif central" soutenue en 1979. Il a également publié un ouvrage intitulé "Auvergnats et Limousins en migrance", réédité en 2005.

    Autre invité de marque, Frédéric Bianchi, responsable des Archives audiovisuelles du Cantal. L'intéressé a effectué en 2013, avec Robert Vollet, une nouvelle série d'enregistrements qui a permis d'archiver les témoignages d'étameurs. Dans ces documents sonores, on parle du métier d'étameur et des pays traversés par chacun, mais on découvre aussi quelques anecdotes croustillantes. Certaines archives familiales (documents papier, photos...) complètent également les Archives départementales du Cantal. La collecte sonore reprendra au printemps 2015...

    Ces archives contribuent au travail de mémoire et à la transmission de ce patrimoine aux générations futures. Les enregistrements sont consultables librement sur le site des archives départementales.

    Les Trois pierres

    Le site des « Trois pierres » était le berceau des étameurs et chaudronniers qui ont parcouru la France de village en village à la recherche de l'ouvrage au cours des temps dans des conditions parfois très dures sur les chemins et sur les places. Ce bornage antique délimitait les communes de Lugarde, Marchastel, Saint Amandin et environs.

    A lire dans Le Réveil cantalien du vendredi 17 octobre 2014


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :