• Canyoning3©V.TERRISSE.jpg Guide de haute montagne dans le Cantal, Vincent Terrisse a pratiqué le canyoning dès les années 1980, dans la Sierra de Guarra, en Espagne. "Il y a beaucoup trop de monde désormais là-bas, alors que le Cantal, c'est terra incognita ! J'y retrouve les mêmes émotions, la même magie des grands espaces."

    Sur les 75 canyons référencés en Auvergne, 50 sont situés dans le Cantal. "Il y en a en réalité beaucoup plus, confie le sportif aux cheveux paille, les plus beaux se situant autour du puy Mary et du plomb du Cantal : vallées du Falgoux, de l’Aspre, du Claux, de Dienne, de l'Alagnon, du Brezons..."

     

    Canyoning©V.TERRISSE.jpgPratiqué du printemps à l'automne, le canyoning s'adresse à tous les publics à partir de 10 ans, à condition de savoir nager. Cette activité s'apparente à une randonnée aquatique, c'est-à-dire un parcours ludique dans une rivière ou une gorge jalonné de toboggans et de piscines naturels. "Dans ce cas de figure, pas besoin de harnais. Une combinaison néoprène, un casque de protection, une paire de chaussons et une paire de basket suffisent. Lorsqu'on franchit des cascades, c'est différent : on utilise des cordes."

    Vincent Terrisse accorde de l'importance au partage. "Nous ne sommes jamais plus de 8 pour la convivialité et la proximité. A travers le canyoning, je fais découvrir la vallée : une bonne auberge, un berger, un fromager, un gîte…"

    Les sites de canyoning référencés au Claux

    Dans la vallée de la Petite Rhue, quelques sites de canyoning sont répertoriés au sud du Claux et plus précisément sous le puy de la Tourte et le Puy Mary, à une altitude moyenne de 1 350 m. Le printemps est la meilleure période pour les explorer, en raison du débit plus important. Le canyon de "Ricou la Peyre", sur le ruisseau du même nom (affluent de la Petite Rhue), se compose de plusieurs cascades et d'une succession de toboggans naturels, sur des laves gris clair. On citera également les descentes dites de la "Petite Rhue" (aux sources de la Rivière) et du "Cros Chaumeil", ou encore la "ravine de la Tourte".

     

    En savoir plus


    votre commentaire
  • Au cours du dernier Conseil communautaire, les élus du Pays Gentiane se sont notamment prononcés sur deux dossiers relatifs à la valorisation du patrimoine local, à Apchon et Saint-Etienne-de-Chomeil.

    Le conseil communautaire a décidé d'attribuer à la commune d'Apchon, pour le projet de mise en sécurité de l'équerre Nord-Est des ruines du château, un fonds de concours d'un montant maximal de 50.000 ; à proratiser si le montant des dépenses est inférieur au coût prévisionnel du projet. Le versement de ce fonds de concours se fera au prorata des dépenses et sur présentation par la commune des justificatifs de paiement des travaux.

    Le conseil communautaire a également décidé de valider le plan de financement concernant la création d'une via ferrata sur les communes de Saint-Etienne-de-Chomeil et Antignac. Une via ferrata est un itinéraire sportif à la frontière de l'escalade et de la randonnée pédestre, où les pratiquants évoluent le long d'une paroi rocheuse. Le conseil communautaire a décidé de retenir le cabinet David Ferreira comme coordinateur SPS (sécurité et protection de la santé) pour un montant de prestations de 1.880 HT (2.256 TTC). Ce projet touristique est le premier dossier sur lequel les Communautés de communes Pays Gentiane et Sumène Artense travaillent main dans la main, la fusion des deux entités - dans le cadre de la loi NOTRe, étant désormais officielle. 


    votre commentaire
  • A juste titre, certains présentent le village de Menet comme la « capitale culturelle » du haut-Cantal. Il est vrai que les habitants de cette petite commune de 500 âmes ne manquent pas d'idées et de bonnes initiatives pour animer et faire vivre le territoire. Vous en doutez ? Regardez donc le nombre d'associations que compte Menet : Comité d'animation (organisateur notamment des Nuits Musicales et des foires), Comité des fêtes de la Saint-Pierre (Fête patronale), Pierres de Menet (Symposium de sculpture...), Euroculture en Pays Gentiane (Saison culturelle en Pays Gentiane, Rencontres artistiques européennes...), Comité des fêtes de la Gane (fête de La Gane d'Ensalers), Four de Crayssac (Fête de la Saint-Jean, Fête du four...) ou encore L’Écho du Violon. L’Écho du Violon justement : parlons-en !

    L’association « L’Écho du Violon » a pour but de promouvoir et de valoriser la vallée du Violon à travers ses richesses patrimoniales (naturelles, culturelles, gastronomiques, architecturales…) en menant des actions destinées à sensibiliser le grand public, faire découvrir et protéger notre environnement, tout en offrant un lieu de partage, d’échanges et d’ouverture sur le monde.

    Après la Fête du pain de Roudalhac le 28 février (initiation à la fabrication du pain, ateliers pour enfants) et une conférence sur l'homéopathie le 12 mars dernier à la salle des fêtes de Menet, plusieurs rendez-vous sont programmés pour le printemps : apéro-concert le 16 avril dans les jardins du Couvent, randonnée gourmande le 5 juin autour de Trizac, Fête de la musique le 25 juin.

    Randonnée gourmande et musicale dans le Trizacois

    Le 5 juin, l’Écho du Violon propose donc une « Randonnée gourmande » de 8 ou 4 km selon les envies. Les marcheurs chemineront autour de Trizac en traversant bien entendu la planèze mais également la localité de Belière. Ils s'attarderont ensuite aux cases et aux orgues d’Aldy. La dernière partie de la balade les emmènera jusqu’à Broc. Outre la découverte du patrimoine bâti (église, mur, four banal, ferme, cases...) et naturel (flore de juin, tuf volcanique, phonolite...), cette randonnée, et c'est sa particularité, comprendra également un repas et un concert de musique traditionnelle, le tout en toute convivialité.


    Le programme complet
     

    • 9 h : visite commentée de l’église de Trizac, construite en pierre de tuf de Broc
    • 9 h 30 : départ de Trizac et arrivée vers Belière en longeant l'impressionnant mur de Millange, long de 500 m et bâti en pierres sèches de basalte (départ possible depuis Belière pour ceux qui ne veulent pas marcher trop longtemps)
    • Descente au pied des Orgues d'Aldy
    • Les Cases d’Aldy
    • Halte pour un apéro-pizza (pizza cuites au feu de bois)
    • Arrivée à Broc vers 12 h : repas festif au four banal de Broc, accompagné et suivi du concert d’un violoneux


    Le site internet de l'association : www.lechoduviolon.fr


    votre commentaire
  • Créée en janvier 2015 par un groupe d'amis, l'association "La Mémoire des Marchands de Toiles", domiciliée à Egliseneuve-d'Entraigues (63), vise à diffuser et faire connaître au plus grand nombre la fabuleuse histoire des marchands de toiles qui sont partis de nos villages (nord Cantal, sud Puy-de-Dôme) pour faire commerce dans la France entière et même en Algérie.

    Cheylade : une exposition sur les marchands de toileMarchand de toile ?

    A partir de 1875, le marchand de toile succède au colporteur et se spécialise dans la vente, à domicile, du drap et de ses dérivés. Il exerce dans la deuxième partie du XIXe siècle jusqu'à son changement de nom, négociant-voyageur, vers 1920. C'est sous cette appellation qu'on le connaît encore aujourd'hui.

    Issus de ce que l'on a qualifié de « terre sainte » (Cézallier, Artense), les premiers marchands partaient en tournée (6 à 9 mois de l'année) à pied puis à cheval et en charrette (maringotte), spécialement aménagée pour recevoir les pièces entières de toile. Ils vendaient dans toute la France et même en Algérie.

    Une exposition à Cheylade

    En 2015, une exposition itinérante dans des villages dont sont issus ces marchands a connu un vif succès avec 1 200 visiteurs. Elle est de retour en 2016, notamment à Cheylade. 

    L'exposition est visible du 16 au 24 avril, de 15 h à 18, au foyer communal de Cheylade. L'entrée est gratuite. 

    Un site internet

    L'association « La Mémoire des Marchands de Toile » a mis en ligne un site internet particulièrement bien fourni. Celui-ci présente l'association et ses actualités, le métier et l'histoire des marchands de toile à l'aide notamment de photos et vidéos. Le lien : http://lamemoiredesmarchandsdetoiles.fr. Prenez le temps de le parcourir ! 

     

    Contact

    Gérard Fandard, président de l'association "la Mémoire des Marchands de Toile"

    09 50 53 08 91 ou 06 84 74 35 47 


    votre commentaire
  • Menet : les rendez-vous de la pierre en 2016

    Photo : Mairie de Menet

    L'association Pierres de Menet a dévoilé les dates de ses manifestations pour l'année 2016. La 11e Rencontre des tailleurs et sculpteurs de pierre, sous le signe du mobilier rural, urbain et de la décoration de jardin, se tiendra du 8 au 15 juillet, aux mêmes dates que les stages de sculpture, stages "de tous niveaux" précise l'association. 

    Les stages de sculpture, animés par Julie Savary, sculptrice et maquettiste professionnelle installée dans le Puy-de-Dôme, sont ouverts à tous : enfants, adultes, débutants, intermédiaires ou confirmés. Les objectifs affichés de ces stages sont de "faire connaître les outils du sculpteur et la matière première : le tuf et le trachyte". Et bien sûr de réaliser sa propre création. L'inscription peut s'effectuer à la journée ou à la semaine. 

    Mais l'événement phare de l'association est sans nul doute le 25e Symposium international de sculpture sur pierre, consacré à la sculpture artistique, qui se déroulera du 5 au 15 juillet et aura pour thème... Éros et l'érotisme. Quelle que soit la météo, il faudra donc s'attendre à 10 jours torrides du côté du village de Menet ! 

    En savoir plus

    http://www.pierresdemenet.com

    http://www.pierresdemenet.com/stage-sculpture

    Le saviez-vous ? 

    Pierres de Menet est également à l'origine du chemin pédestre, jalonné de nombreuses sculptures d'art, qui serpente sur les hauteurs du village. 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires