• Le Pays Gentiane s'agrandit ! La Communauté de communes du Pays Gentiane compte, depuis le 1er janvier 2019, 17 communes.

    Ainsi les communes de Chanterelle, Condat, Montboudif et Saint-Bonnet-de Condat ont rejoint les communes de Apchon, Cheylade, Collandres, Le Claux, Lugarde, Marchastel, Menet, Riom-ès-Montagnes, Saint Amandin, Saint-Etienne-de-Chomeil, Saint-Hippolyte, Trizac et Valette.

     


    votre commentaire
  • Communiqué de l'association Vent de Trizac.

    Chers sympathisants,

    La date butoir approche vite : le promoteur éolien pourrait être en mesure de déposer son dossier en préfecture dès le mois de mai ou juin prochain.

    Les services de l’État étudieront son dossier, donneront leur avis en quelques semaines (que le Préfet n’est pas obligé de prendre en compte) puis l’enquête publique sera ouverte et tous les documents de la demande ICEP du promoteur seront mis en ligne sur le site de la Préfecture du Cantal. Pour ceux qui auront le temps et le courage de lire leurs centaines de pages, vous aurez l’occasion d’avoir une idée relativement précise de la demande du promoteur éolien et de ses arguments.

    Nous vous préviendrons bien sûr pour que vous alliez donner votre avis à la mairie de Trizac (nous vous indiquerons les dates & horaires de la permanence du commissaire enquêteur) ou sur le dossier "dématérialisé" (= par Internet, nous vous indiquerons l’adresse où pour pourrez déposer vos commentaires).

    L’enquête publique ne dure généralement qu’un mois, il faudra réagir vite.

    Nous avons déjà connaissance d’un certain nombre de paramètres du dossier du promoteur, notamment l’emplacement des éoliennes demandées par Boralex : 12 éoliennes du nord au sud de leur zone d’étude, selon une vague courbe. Pour ceux qui connaissent nos planèzes, ou qui ont une carte IGN de la zone, l’éolienne 01 serait sur la montagne de La Besseyre-Soubronne, les 02 à 04 en direction du sud, la 05 à côté du buron du Cayrounelle, les n° 06 à 09 le long de la piste des montagnes vers les 4 chemins, puis les 10 à 12 vers la montagne de Charley (je joins une carte de Géoportail - site officiel du gouvernement - sur laquelle j’ai reporté l’emplacement des éoliennes prévues, à quelques mètres près, puisque la carte originale de Boralex ne mesure que 10x 10 cm …)

    Bien entendu, au cas où Mme le Préfet donnerait son autorisation, nous avons déjà préparé un gros dossier pour contrer les arguments du promoteur et démontrer la falsification de leurs photomontages. Il restera des données à inclure selon les précisions du dossier de la demande officielle (ICPE) de Boralex.

    Pour le moment, nous avons besoin de vous pour montrer votre détermination à contrer ce projet qui ruinerait nos paysages, leur biodiversité exceptionnelle et nuirait à l’économie de notre commune, de notre comcom, de notre département.

    Ceux d’entre vous qui n’ont pas encore renouvelé leur adhésion pour 2019, merci de le faire le plus rapidement possible. Je joins un bulletin d’adhésion que vous pouvez renvoyer, avec votre chèque, à l’adresse indiquée. Je vous rappelle que l’adhésion de base est à 2€, si vous pouvez vous permettre d’investir un peu plus, n’hésitez pas à indiquer le nom de votre conjoint, de vos enfants, petits-enfants (15 ans minimum) et amis. Plus nous aurons d’adhérents, plus nous aurons de poids. N’oubliez pas que si vous avez une adresse à Trizac, même en résidence secondaire ou en vacances chez un membre de votre famille, indiquez-la aussi sur votre bulletin d’adhésion : plus les Trizacois seront nombreux à adhérer, plus nous aurons du poids face à l’administration.

    N’oubliez pas d’indiquer une adresse mail pour les nouveaux adhérents, les courriers classiques par la poste coûtent cher à l’association, en temps et en euros !

    En dernier lieu, nous comptons aujourd’hui 780 signataires de notre pétition du papier + 1518 sur notre pétition en ligne (https://www.change.org/p/vent-des-planèzes-de-trizac-non-aux-éoliennes-sur-les-plus-beaux-sites-de-france/). Là encore, nous avons besoin de vous, si vous, votre famille, vos amis, n’avez pas encore signé cette pétition, n’hésitez pas à la signer et à la divulguer largement : les pouvoirs publics seront sensibles au nombre de pétitionnaires contre le projet éolien de Trizac. Je joins aussi une pétition format papier, à imprimer et renvoyer à l’adresse indiquée.

    En vous remerciant de votre soutien,
    bien cordialement
    Anne

    Anne Toty
    www.vent-de-trizac.fr
    contact@vent-de-trizac.fr
    www.facebook.com/pg/ventdetrizac/
    06 07 79 31 51

     


    votre commentaire
  • Evénement : le Critérium du Dauphiné en pays riomois !L'information a été révélée en janvier : le Cantal accueillera le grand départ du Critérium du Dauphiné, les 9 et 10 juin. Et la région de Riom-ès-Montagnes bénéficiera du passage des coureurs professionnels...

    Le 9 juin, le peloton gravira le pas de Peyrol au cours d'une étape reliant Aurillac à Jussac. Puis le 10 juin, une seconde étape cantalienne verra les coureurs cheminer entre Mauriac et la Haute-Loire, probablement à Craponne-sur-Arzon. Si le tracé n'a pas encore été précisément dévoilé (l’ensemble du parcours sera dévoilé le 25 mars à l’Hôtel de région Auvergne Rhône-Alpes), on peut déjà annoncer que les bourgs de Trizac, Valette et Riom-ès-Montagnes seront traversés par la caravane et les coureurs. Cette seconde étape prendra ensuite la direction d'Allanche et sera partiellement diffusée en direct sur France 3.

    Chaque année, le Critérium du Dauphiné (8 étapes) fait figure de grande répétition générale avant le Tour de France. En 2019, l'Auvergne est largement mise à l'honneur. Le fait que l'épreuve soit largement soutenue par la Région Auvergne Rhône-Alpes n'est pas anodin. Alors, qui succèdera au Gallois Geraint Thomas au palmarès ?

    Notons que le Cantal sera également le théâtre du Tour de France (étape Saint-Flour / Albi le 15 juillet) et du Tour de l'Avenir (étape Bergerac / Mauriac le 17 août, étape Mauriac / Espalion le 18 août).

    Plus d'infos sur https://www.criterium-du-dauphine.fr/fr


    votre commentaire
  • Autrefois, Lugarde s'appelait Lugwacht, lieu de culte facilement reconnaissable à Lugarde-Haut, 1 061 m, qui fut un oppidum où les vestiges de murs de fortifications sont encore bien apparents. L'actuel Lugarde est, à coup sûr, établi sur le site, fondé jadis vers 1 000 m d'altitude au pied du sanctuaire, flanqué au nord d'un autre poste de défense et de guet, le château fort (à 1 042 m) dont il ne reste que des ruines surplombant les gorges de la Santoire.

    Lugarde : les ruines du château Photo : monmireille.canalblog.com

    La commune de Lugarde était autrefois une seigneurie avec un château fort qui a été détruit au début de la Révolution. Il reste encore des ruines laissant deviner la forme du château. Malheureusement, ces ruines n’ont pas été classées et les habitants du village voisin, le Meynial, s’en sont servies de carrière (le nom du village vient sans doute de cela, du latin moenia : les ruines). Ce château gardait la vallée de la Santoire, rivière aux gorges étroites et abruptes et était en vue directe avec celui d’une puissant voisin, le comtour (comte) d’Apchon, précieux auxiliaire du roi de France pendant la guerre de Cent Ans.

    Pour partir à la découverte de ces ruines, vous pouvez effectuer une balade depuis Lugarde et plus précisément Le Meynial et suivre l'itinéraire en violet ci-dessous (vous pouvez voir que les ruines sont matérialisées par une étoile).

    Vidéo : survol de Lugarde en drone

    Sources : lugarde.fr, Dictionnaire statistique du Département du Cantal par M. Deribier du Châtelet


    votre commentaire
  • Philippe Fabre, président du Syndicat Mixte du Puy Mary, réunissait récemment ses équipes pour faire le point sur la saison 2018 du Grand Site Puy Mary - Volcan du Cantal.

     

    Sur l'ensemble de la saison, à savoir du 1er mai à fin octobre, la fréquentation du Puy Mary est en légère hausse, grâce notamment à une météo clémente pour les mois de septembre et octobre. 66 000 visiteurs  ont été recensés sur la période estivale dans la maison de site du Pas de Peyrol, 108 000 visiteurs sur l'ensemble de saison d'ouverture.

     

    Prévue dans le cadre du renouvellement du label, le principe de stationnement payant au pas de Peyrol a été mise en place. L'argent collecté participera au financement des travaux de restauration du GR400. 12 000 vignettes ont été vendues. Dans le même temps, le transport par navette a connu une légère baisse de fréquentation avec 6 423 tickets vendus (4 608 en 2017). Cette action était menée en partenariat avec le Conseil départemental du Cantal.

     

    Un site privilégié pour la pratique du trail

     

    Durant la saison, de nombreuses actions et animations gratuites ont été conduites et ont rencontré un beau succès, parmi elles : la transhumance, des animations autour de la flore, la faune, le patrimoine bâti et le volcanisme. A noter que le Puy Mary confirme son statut d'endroit privilégié pour la pratique du trail avec trois principales courses : l'UTPMA, la Pastourelle et le Trail des 6 Burons, et la venue de l'équipe de France de trail pour leur entrainement.

     

    Parmi les réalisations de grande importance, on peut citer le chantier de restauration du sentier du GR400 Puy Mary en collaboration avec le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne, une opération d'un montant total de 20 000 € HT qui a reçu le soutien de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes et a permis la restauration de 200 mètres de sentier.

     

    Autres point abordés : le renouvellement du label "Grand site de France" obtenu en 2012, qui devrait intervenir mi décembre, mais aussi le réaménagement de la Maison de site du Pas de Peyrol avec la création d'un refuge qui permettra l'accueil de 12 personnes (dans un premier temps accompagnés par un professionnel), et la fin des travaux d'aménagement de la maison de Site du Col de Serre.

     

    Source : Cathy Duflot-Falgère - Le Réveil cantalien


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires