• Le Comité des fêtes de Marchastel organise sa traditionnelle Foire de la Loue, dimanche 19 juin 2016 de 9 h à 18 h. Au programme :  concours d'ânes, concours de fauchage à la faux, vide-greniers, spectacle folklorique et animation musicale. La veille, un spectacle des enfants de l'école, un repas et un concert d'Aurillac-sur-Mer ouvriront les festivités.

    La loue correspondait autrefois à la recherche d'un emploi saisonnier. La Foire de la Loue permettait en effet la rencontre de propriétaires terriens et d'employés saisonniers, qui venaient "se louer", louer leur savoir-faire en matière de fauchage; la manifestation marquant ainsi le début de la fenaison. En 2001, le Comité des fêtes a relancé cette journée populaire et la fait perdurer, chaque année au mois de juin. 


    votre commentaire
  • Postulante au label "Petites Cités de Caractères," la commune de Menet a récemment accueilli l'assemblée générale de l'association départementale, présidée par Christian Montin (initiateur de la création de l'association départementale et maire de Marcolès, l'une des premières communes labélisées).

    Alexis Monier, maire de Menet, défend son village bec et ongles : "Menet bénéficie d’un riche et très ancien patrimoine bâti particulièrement harmonieux et reconnu." Il est vrai que la politique d’embellissement mise en place depuis 2008 (obtention en 2005 de la 2e fleur au label Villages fleuris, restauration des habitations dans le respect de l'identité du bourg) prouve que la commune fait tout pour conserver son aspect authentique. L'Architecte des bâtiments de France et le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) ont d'ailleurs classé Menet parmi les 10 villages les plus caractéristiques du Cantal. "L’obtention du label Petite Cité de Caractère aurait des retombées touristiques, économiques voire urbaines pour le village de Menet et l’ensemble du Pays Gentiane. L’identification positive d’un territoire ne peut qu’avoir des incidences d’intérêt général bénéfique à tous", défend Alexis Monier.

     

    Petites Cités de Caractère, de la Bretagne à l'Auvergne

     

    La marque "Petites Cités de Caractères" a vu le jour en Bretagne en 1975 puis s'est étendue à d'autres régions, au niveau national en 2009, et en 2013 au Cantal à l'initiative de Christian Montin, maire de Marcolès. Depuis, 5 communes ont reçu la marque "Petites Cités de Caractères" : Marcolès, Laroquebrou et Montsalvy (2014), Murat et St-Urcize (2015). Pour 2016, seule Menet est actuellement candidate, 5 autres communes devant se positionner pour plus tard...

    Tout comme l'association des Plus Beaux Villages de France, l'objectif de l'association est la mise en valeur, l'authenticité et la diversité du patrimoine de petites communes dotées d'un bâti architectural de qualité et cohérent. Pour obtenir le label, une commune doit répondre à un certain nombre de critères : compter moins de 6 000 habitants, avoir sur son territoire une Aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine (AVAP), des monuments historiques, ainsi qu’un programme pluriannuel de réhabilitation et de mise en valeur du patrimoine. Elle doit de plus s’engager à entretenir ses bâtiments publics et privés, à valoriser l’espace public. La commune doit également avoir des engagements en faveur de l'accueil du public et de l'animation.

     

    La visite de la commission nationale en charge de l'homologation se fera sur la commune de Menet en septembre prochain. Après un temps d'échange en mairie et une présentation de la cité par l'équipe municipale viendra la visite de la cité puis une délibération de la commission en mairie. La décision finale sera rendue après le conseil d'administration de l'association nationale.

     

    Contact : Séverine Andurand au 04 71 46 94 82 (Mairie de Menet) / petitescitesdecaracteres@gmail.com

    Site internet : http://petitescitesdecaractere.com

    AB, avec CD
    Pour en savoir plus, lisez Le Réveil cantalien !

     


    votre commentaire
  • Canyoning3©V.TERRISSE.jpg Guide de haute montagne dans le Cantal, Vincent Terrisse a pratiqué le canyoning dès les années 1980, dans la Sierra de Guarra, en Espagne. "Il y a beaucoup trop de monde désormais là-bas, alors que le Cantal, c'est terra incognita ! J'y retrouve les mêmes émotions, la même magie des grands espaces."

    Sur les 75 canyons référencés en Auvergne, 50 sont situés dans le Cantal. "Il y en a en réalité beaucoup plus, confie le sportif aux cheveux paille, les plus beaux se situant autour du puy Mary et du plomb du Cantal : vallées du Falgoux, de l’Aspre, du Claux, de Dienne, de l'Alagnon, du Brezons..."

     

    Canyoning©V.TERRISSE.jpgPratiqué du printemps à l'automne, le canyoning s'adresse à tous les publics à partir de 10 ans, à condition de savoir nager. Cette activité s'apparente à une randonnée aquatique, c'est-à-dire un parcours ludique dans une rivière ou une gorge jalonné de toboggans et de piscines naturels. "Dans ce cas de figure, pas besoin de harnais. Une combinaison néoprène, un casque de protection, une paire de chaussons et une paire de basket suffisent. Lorsqu'on franchit des cascades, c'est différent : on utilise des cordes."

    Vincent Terrisse accorde de l'importance au partage. "Nous ne sommes jamais plus de 8 pour la convivialité et la proximité. A travers le canyoning, je fais découvrir la vallée : une bonne auberge, un berger, un fromager, un gîte…"

    Les sites de canyoning référencés au Claux

    Dans la vallée de la Petite Rhue, quelques sites de canyoning sont répertoriés au sud du Claux et plus précisément sous le puy de la Tourte et le Puy Mary, à une altitude moyenne de 1 350 m. Le printemps est la meilleure période pour les explorer, en raison du débit plus important. Le canyon de "Ricou la Peyre", sur le ruisseau du même nom (affluent de la Petite Rhue), se compose de plusieurs cascades et d'une succession de toboggans naturels, sur des laves gris clair. On citera également les descentes dites de la "Petite Rhue" (aux sources de la Rivière) et du "Cros Chaumeil", ou encore la "ravine de la Tourte".

     

    En savoir plus


    votre commentaire
  • Au cours du dernier Conseil communautaire, les élus du Pays Gentiane se sont notamment prononcés sur deux dossiers relatifs à la valorisation du patrimoine local, à Apchon et Saint-Etienne-de-Chomeil.

    Le conseil communautaire a décidé d'attribuer à la commune d'Apchon, pour le projet de mise en sécurité de l'équerre Nord-Est des ruines du château, un fonds de concours d'un montant maximal de 50.000 ; à proratiser si le montant des dépenses est inférieur au coût prévisionnel du projet. Le versement de ce fonds de concours se fera au prorata des dépenses et sur présentation par la commune des justificatifs de paiement des travaux.

    Le conseil communautaire a également décidé de valider le plan de financement concernant la création d'une via ferrata sur les communes de Saint-Etienne-de-Chomeil et Antignac. Une via ferrata est un itinéraire sportif à la frontière de l'escalade et de la randonnée pédestre, où les pratiquants évoluent le long d'une paroi rocheuse. Le conseil communautaire a décidé de retenir le cabinet David Ferreira comme coordinateur SPS (sécurité et protection de la santé) pour un montant de prestations de 1.880 HT (2.256 TTC). Ce projet touristique est le premier dossier sur lequel les Communautés de communes Pays Gentiane et Sumène Artense travaillent main dans la main, la fusion des deux entités - dans le cadre de la loi NOTRe, étant désormais officielle. 


    votre commentaire
  • A juste titre, certains présentent le village de Menet comme la « capitale culturelle » du haut-Cantal. Il est vrai que les habitants de cette petite commune de 500 âmes ne manquent pas d'idées et de bonnes initiatives pour animer et faire vivre le territoire. Vous en doutez ? Regardez donc le nombre d'associations que compte Menet : Comité d'animation (organisateur notamment des Nuits Musicales et des foires), Comité des fêtes de la Saint-Pierre (Fête patronale), Pierres de Menet (Symposium de sculpture...), Euroculture en Pays Gentiane (Saison culturelle en Pays Gentiane, Rencontres artistiques européennes...), Comité des fêtes de la Gane (fête de La Gane d'Ensalers), Four de Crayssac (Fête de la Saint-Jean, Fête du four...) ou encore L’Écho du Violon. L’Écho du Violon justement : parlons-en !

    L’association « L’Écho du Violon » a pour but de promouvoir et de valoriser la vallée du Violon à travers ses richesses patrimoniales (naturelles, culturelles, gastronomiques, architecturales…) en menant des actions destinées à sensibiliser le grand public, faire découvrir et protéger notre environnement, tout en offrant un lieu de partage, d’échanges et d’ouverture sur le monde.

    Après la Fête du pain de Roudalhac le 28 février (initiation à la fabrication du pain, ateliers pour enfants) et une conférence sur l'homéopathie le 12 mars dernier à la salle des fêtes de Menet, plusieurs rendez-vous sont programmés pour le printemps : apéro-concert le 16 avril dans les jardins du Couvent, randonnée gourmande le 5 juin autour de Trizac, Fête de la musique le 25 juin.

    Randonnée gourmande et musicale dans le Trizacois

    Le 5 juin, l’Écho du Violon propose donc une « Randonnée gourmande » de 8 ou 4 km selon les envies. Les marcheurs chemineront autour de Trizac en traversant bien entendu la planèze mais également la localité de Belière. Ils s'attarderont ensuite aux cases et aux orgues d’Aldy. La dernière partie de la balade les emmènera jusqu’à Broc. Outre la découverte du patrimoine bâti (église, mur, four banal, ferme, cases...) et naturel (flore de juin, tuf volcanique, phonolite...), cette randonnée, et c'est sa particularité, comprendra également un repas et un concert de musique traditionnelle, le tout en toute convivialité.


    Le programme complet
     

    • 9 h : visite commentée de l’église de Trizac, construite en pierre de tuf de Broc
    • 9 h 30 : départ de Trizac et arrivée vers Belière en longeant l'impressionnant mur de Millange, long de 500 m et bâti en pierres sèches de basalte (départ possible depuis Belière pour ceux qui ne veulent pas marcher trop longtemps)
    • Descente au pied des Orgues d'Aldy
    • Les Cases d’Aldy
    • Halte pour un apéro-pizza (pizza cuites au feu de bois)
    • Arrivée à Broc vers 12 h : repas festif au four banal de Broc, accompagné et suivi du concert d’un violoneux


    Le site internet de l'association : www.lechoduviolon.fr


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires